Attention à l'alimentation des nourrissons

18 mars 2013 par Agnès Mignonac

Logo Anses - enfnats- cuisine - nutrition - la table des enfants - Agnès Mignonac L'Anses a récemment pointé les risques liés à l’alimentation des nourrissons avec des boissons autres que le lait maternel et ses substituts.

L’expertise réalisée par l’Agence montre que ces boissons de consommation courante ne permettent pas de couvrir intégralement les besoins nutritionnels spécifiques des nourrissons. L’Anses considère que ces produits ne doivent pas être utilisés, que cela soit à titre exclusif ou même partiel, chez l’enfant de moins de un an.

L’offre en boissons présentées comme des laits (boissons végétales de type soja, amandes, riz, etc.) connait un fort développement. Pour des raisons variées (allergies, intolérances ou par simple choix alimentaire), certains consommateurs se tournent vers ces produits ou des
laits d’origine non bovine (lait de chèvre, de brebis, etc.). 
 
La première année de vie est celle où la croissance est la plus importante : une période pendant laquelle le nourrisson est particulièrement dépendant d’une alimentation adéquate, lui permettant de couvrir ses besoins nutritionnels afin d’assurer sa croissance et son développement.

Les boissons de consommation courante telles que les boissons végétales apparentées à des laits ou les laits d’origine non bovine n’ont pas été formulées pour l’enfant de moins de un an. Même si ces produits n’ont rien d’intrinsèquement dangereux, ils ne permettent pas de couvrir intégralement les besoins des nourrissons, pouvant aboutir selon leur importance d'usage à un état de malnutrition et autres conséquences graves.

Compte tenu de la sensibilité des nourrissons à toutes carences, même momentanées, l’Anses considère que ces produits ne doivent pas être utilisés chez l’enfant de moins de un an. Le lait maternel est l’aliment de référence adapté aux besoins du nourrisson, et qu’en dehors de l'allaitement, seules les préparations pour nourrissons et préparations de suite (lait premier âge et deuxième âge) permettent de couvrir les besoins du nourrisson.  
 

Inscrivez-vous à la newsletter