La télévision influence-t-elle notre poids ?

25 novembre 2015 par Agnès Mignonac

La télévision influence-t-elle notre poids ? - La table des enfants Les jours plus courts, avec un temps moins propice aux activités extérieures, incitent à des activités à l'intérieur, où la télévision occupe une place privilégiée.

Le temps passé devant la télévision influence-t-il notre poids ? Si oui, par quel mécanisme ?

Notre consommation alimentaire n'est pas uniquement liée à notre faim ou à notre sentiment de rassasiement. D'autres facteurs influencent nos apports alimentaires, notamment ceux liés à notre environnement et à notre mode de vie, comme le temps passé devant la télévision.
La télévision est actuellement l'écran le plus regardé avec une moyenne de 3 heures par jour*, le temps total passé devant un écran étant en moyenne de 3 h 25 min par jour.
Les personnes âgées sont celles qui la regardent le plus, les jeunes consacrant le plus de temps à l'ordinateur.

  • Les enfants et les écrans

Entre 11 ans et 14 ans, les enfants et adolescents regardent la télévision souvent avec au moins un de leurs parents. Ils passent en moyenne 2 heures par jour devant la télévision et 50 minutes devant un ordinateur, soit en tout près de 3 heures devant un écran.
Ce temps passé devant la télévision a favorisé une diminution du temps de sommeil : depuis 25 ans, celui-ci a diminué de 18 minutes chez les 15 ans ou plus et atteint 50 minutes chez les adolescents.

  • La télévision, une activité sédentaire

La télévision fait partie des activités sédentaires, étant en position assise ou allongée.
La sédentarité est un facteur favorisant de prise de poids pouvant amener à un surpoids ou une obésité. Cela s'explique par la faible dépense énergétique qu'elle favorise mais aussi par les comportements associés qu'elle génère comme le grignotage….
La sédentarité est, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), un des 10 facteurs de risque d'augmentation de la mortalité dans le monde et un facteur de risque important de maladies comme les maladies cardiovasculaires, le diabète et le cancer. 

Les dépenses énergétiques de l'organisme, lorsque l'on est assis devant la télévision, sont peu élevées, de l'ordre de 60 kcal/heure. Pratiquer une activité physique permet de multiplier ce chiffre par un coefficient de 2 à 4, atteignant ainsi une dépense d'énergie de 250 kcal à 400 kcal /heure.
Il a été ainsi estimé que regarder la télévision 2 heures par jour, engendre une prise de poids de 3 à 5 kg par an comparé à un jeune les passant dans une pratique sportive.

Ainsi, manger devant la télévision :
- augmente significativement l'indice de masse corporelle***, d'autant plus que les aliments consommés sont riches en énergie. Cela affecte négativement la consommation de fruits et de légumes, favorise une consommation plus importante de boissons sucrées et de snacks. Chez les adolescents qui regardent beaucoup la télévision, les consommations alimentaires hors repas sont augmentées.
- favorise des repas plus copieux***** : plusieurs études ont mis en évidence une augmentation de la taille d'un repas pris en regardant la télévision, comparativement à un repas composé des mêmes aliments mais consommé sans télévision. Une télévision allumée pendant les repas augmente de 15 à 20 % la consommation d'aliments : moins attentifs à ce que nous mangeons, nous avons tendance à manger plus. Ceci s'explique par le fait que la télévision détourne notre attention. Percevoir notre rassasiement demande notre attention et pour cela, de ne pas être distrait.

  • Télévision : 6 conseils équilibre

  La télévision et les écrans offrent un temps de loisir agréable. Pour autant, ce temps ne doit pas réduire celui passé à pratiquer une activité physique et à dormir : deux activités essentielles pour une croissance harmonieuse. Aussi, limitez le temps devant les écrans.
  Prenez vos repas à table sans télévision. Petit-déjeuner, déjeuner, goûter, dîner sont des moments de partage, d'échange en famille ou avec des amis. Cela vous permet d'accorder l'attention nécessaire pour manger la quantité dont vous et vos enfants avez réellement besoin et ainsi, de ne pas manger en excès.
Cela vous permettra également de bien vous souvenir non seulement de ce que vous avez mangé, mais également de votre sentiment d'avoir mangé à votre faim et d'être bien rassasié. Une étude récente a montré que ce souvenir permet de manger moins au repas suivant.
  En dehors des repas, évitez de manger ou de grignoter devant la télévision.
Posez vous la question "ai-je vraiment faim ?" ou "est ce que j'ai envie de manger ?"
Si vous avez mangé à votre faim à votre repas, il n'est pas nécessaire de manger entre les repas.
Si vous avez vraiment faim car vous avez pris un repas trop léger, privilégiez yaourt, fruits, pain ou fruits secs (en quantité limitée)… et évitez chips, biscuits salés…
 

Choisissez avec soin les boissons bues devant la télévision.
Si votre enfant a soif, privilégiez l'eau qui n'apporte pas de calories et qui est la seule boisson indispensable.
Pour apporter une touche de fantaisie, variez les eaux : plates ou pétillantes ou aromatisées.

 

Expliquez à vos enfants que les aliments présentés, souvent gourmands, dans les écrans publicitaires ne représentent pas à eux seuls l'équilibre alimentaire.
Une alimentation a besoin d'être variée pour apporter tout ce dont l'organisme a besoin pour bien grandir.

 

Profitez des pauses publicitaires pour bouger et dès que vous le pouvez, diminuez le temps passé devant les écrans !

 
*Source INSEE enquête emploi du temps 2009 - 2010
** Source : Monographie : Enfants, télévision & poids, Fondation Louis Bonduelle - Août 2009
*** L'indice de masse corporelle (IMC) se calcule en divisant le poids par la taille élevée au carré : Poids / (taille x taille)
****Eating attentively: a systematic review and meta-analysis of the effect of food intake memory and awareness on eating, Eric Robinson, Paul Aveyard, Amanda Daley, Kate Jolly, Amanda Lewis, Deborah Lycett, and Suzanne Higgs
**** Bellisle et al.2004; Blass et al. 2006; Hetherington et al. 2006

Inscrivez-vous à la newsletter