9 conseils pour l'alimentation des tout-petits

2 février 2017 par Agnès Mignonac

Petite-fille-alimentation-moins-de-3ans-lat-able-des-enfantsL'alimentation des bébés se caractérise par un manque de matières grasses et de fer, ainsi qu'un excès de protéines et de sel*...
A partir de 12 mois, bébé est considéré à tort comme un adulte en miniature, avec une introduction trop précoce de certains aliments inadaptés. Des habitudes alimentaires de « grands » qui déséquilibrent les apports nutritionnels des jeunes enfants.

  • La période 0 - 3 ans  : importante en matière de croissance.

La vitesse de croissance de l'enfant est élevée pendant les trois premières années : il grandit de 25 cm la 1ère année, de 12 cm la seconde et de 8 cm la troisième, en moyenne. C'est la seule période de la vie où la croissance est aussi forte.
En parallèle, le poids est multiplié par 2 en 5 mois et par 3 en 1 an.
Quand bébé naît, son cerveau pèse 25 % du poids qu'il aura à l'âge adulte. A 2 ans, il atteint 70 % et à 5 ans, 90 %. Cette période de construction du cerveau nécessite un apport en acides gras essentiels (omega 3...) dont le plus important est, au cours de ces premières années, le DHA. Ceci explique que ses besoins en matières grasses, par exemple, sont 3 à 5 fois plus élevés que ceux de l’adulte, car nécessaires au bon développement du système nerveux. 

Une étude menée* en 2013 a mis en exergue :

  • Une introduction trop précoce d'aliments non spécifiques

Si jusqu’à 1 an, la majorité de l’énergie consommée est fournie par l’alimentation spécifique bébé (laits infantiles et/ou aliments spécifiques de diversification), celle-ci diminue ensuite rapidement quand Bébé rejoint la table familiale.

Il commence à consommer des aliments courants tels que les frites, les plats préparés pour adultes et les sodas… Des habitudes qui créent des déséquilibres dans les apports nutritionnels des tout-petits.

  • Un déséquilibre dans les apports nutritionnels

- A partir de 1 an, plus de 80% des enfants ont des apports en matières grasses inférieurs aux apports moyens recommandés par l’EFSA**.

- 95% des enfants ont des apports en sel supérieurs aux recommandations. Ceci s'explique par l'introduction à partir de 1 an de produits comme des pizzas, quiches ou fromages...

- Entre 1 et 2 ans, la moitié des enfants ont des apports en fer insuffisants. Ce déficit s'explique notamment par l'arrêt des laits spécifiques (lait de croissance). Le fer joue un rôle majeur dans l'organisme, entrant dans la composition des globules rouges, et de la myoglobine qui est responsable de l'oxygénation des muscles.

A l'âge de 3 ans, l'enfant mange presque 4 fois plus de protéines que nécessaire s'expliquant par la consommation de lait de vache plus riche en protéines que le lait de croissance, de laitages et fromages, complétés par une consommation assez importante de viande, de charcuterie comme le jambon.

Les enfants consomment également trop de matières grasses saturées, de sucre...

  • 9 conseils pour l'alimentation des tout-petits

 

Adoptez le lait de croissance à partir de 1 an et conservez-le jusqu'à 3 ans. Il spécialement conçu pour répondre aux besoins nutritionnels de la période de 1 à 3 ans (fer, vitamines, acides gras essentiels, quantité de protéines et de sel adaptées).
Pour compenser les aléas de la diversification, proposez au minimum un biberon de 240 à 360 ml/jour pour couvrir les besoins en acides gras essentiels, fer...
L'idéal est d'atteindre 500 ml/j : un biberon au petit-déjeuner et 1 biberon au goûter.

  N'ajoutez pas de sel aux plats de Bébé.
Evitez les charcuteries, même le jambon, riches en sel.
 

Préférez les produits laitiers les plus riches en calcium mais avec la teneur en protéines la plus faible.

  Veillez aux apports en vitamine D : parlez-en avec votre pédiatre ou votre médecin généraliste.
 

Proposez de la viande (en petite quantité) ou du poisson ou des oeufs à un seul repas par jour.

 

Proposez à votre enfant du poisson 2 fois par semaine.
Lorsque vous lui préparez un plat sans sel fait maison, ajoutez un peu d'huile de colza ou de noix, riches en acides gras essentiels (oméga 3).
Variez les différents corps gras.

   

Si votre enfant mange avec vous à table, y faisant l'apprentissage du plaisir de la convivialité, ne partagez pas les mêmes plats.
Servez-lui des plats spécifiques spécialement conçus à son attention qui contiennent moins de sel.

   

A côté des petits plats "maison" que vous pouvez préparer à votre enfant, les aliments spécifiques pour bébé constituent un choix de qualité : ils apportent notamment la juste dose de protéines et de matières grasses (dont les acides gras essentiels dont votre enfant a besoin).

   

Demandez conseil à votre médecin/pédiatre lors de vos visites si vous avez des doutes sur les aliments à introduire ou autres interrogations.


* Comment sont nourris nos bébés en 2013 ? d'après l'Etude Nutri-Bébé SFAE (1), réalisée tous les 8 ans depuis 1981
(2) Recommandations EFSA ou AESA : repères de consommation définis au niveau européen par l’Agence d’Evaluation de la Sécurité des Aliments via un avis d’octobre 2013.
(Résultats du 2e volet de l’Etude Nutri-Bébé SFAE 2013 - Apports nutritionnels chez les 0 à 3 ans - En partenariat avec le CREDOC)
Source : Secteur Français des Aliments de l'Enfance

Inscrivez-vous à la newsletter